— Pour tous —

 

Je me suis mise à écrire après avoir vu un jour ma fille trembler d’émotion devant le livret de famille de ses arrière-arrière-grands-parents ouvert en 1905. Découvrir leurs noms, par cette écriture penchée à l’encre de plume délavée par le temps, lui a donné l’envie de savoir qui ils étaient et comment ils vivaient. Sans les avoir connus moi-même, je lui ai transmis ce que je savais d’eux à travers ce que ma grand-mère m’avait raconté de son enfance. J’écris donc pour ceux qui viennent et viendront après moi, enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants, à qui j’ai à cœur de transmettre la mémoire familiale. J’écris pour que s’ancrent profondément les racines de mes descendants et pour que vive notre histoire familiale. Cette transmission me semble importante autant pour celui qui transmet que pour celui qui recueille cet héritage. Elle permet ainsi à chacun de s’inscrire dans une lignée, de connaître la place particulière qu’il occupe, tel un maillon relié aux autres maillons et formant une interminable chaîne. Ainsi, la mémoire familiale comble le besoin d’appartenance collective et aide à donner du sens au présent, aux événements vécus.

On peut aussi vouloir simplement revenir sur des faits précis, sans pour autant se lancer dans une autobiographie complète, comme faire valoir son point de vue, transmettre une expérience, témoigner d’un contexte historique, d’une époque, continuer à faire exister des savoirs anciens. On peut vouloir écrire pour s’expliquer, pour se libérer, pour partager ses émotions ou encore pour prendre du recul sur sa vie. Cet exercice n’est pas réservé aux personnalités, aux gens célèbres ou ayant réalisé une grande œuvre. L’autobiographie s’adresse à tous ceux qui souhaitent laisser un témoignage à leur descendance. Toute vie est riche d’aventures, petites ou grandes, dont on tire les leçons. Toute vie est jalonnée de joies et de peines, de succès et de difficultés. Nous écrirons autant de pages que vous le souhaitez, et selon votre budget. Nous n’aborderons que ce dont vous voulez parler. Et si parler de soi et de sa vie amène sans doute à faire des bilans, parfois à s’expliquer ou à se justifier, souvent l’évocation des souvenirs apporte simplement de la joie. Qu’ils soient bons ou mauvais, les souvenirs donnent du sens à l’ensemble de l’existence, de la cohérence, de l’importance à ce qui a été vécu, car il n’y a pas de « petite vie », il n’y a pas de « petites gens ».

 

 

 

 

— Pour les personnes gravement malades —

 

Formée à l’exercice de la biographie en milieu hospitalier, je suis membre de l’association « Passeur de mots, passeur d’histoires » fondée par Valéria Milewski. S’intégrant dans un parcours de soins, considérée elle-même comme un soin de support, la biographie hospitalière permet à des personnes gravement malades de raconter à « passeur de mots » des épisodes de leur histoire, et de recevoir gracieusement le livre de leur vie.

 

Le Temps des Mots  -  écrivain public - Biographie

Contact

Biographie - Annonay - Armelle Delevoie - Écrivain Public - Ateliers d'écriture - Interval'concept - Rédaction - livre
Biographie - Annonay - Armelle Delevoie - Écrivain Public - Ateliers d'écriture - Interval'concept - Rédaction - livre